La ballade du maraicher

Sur cette page, vous trouverez des poèmes de Paysans poètes.

 

Bienvenue aussi à tous ceux qui aident par l’Art à réhabiliter cet ancien métier d’avenir.

Envoyez-nous vos textes et poèmes.

Amusez vous aussi avec notre rubrique  Un peu d'humour ?

 

Ces cris de guerre

Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, Décembre 2015


Vous pouvez hausser vos cris de guerre
Vous, également, ne serez plus sur terre
Faites-vous vos prières ?
comment naissent de telles doctrines
dans l'esprit de nos Frères ?
Eh bien, oui, nous sommes tous Frères.
A quoi servent les prières
Puissions-nous élucider ce mystère.
Tu crois en l'Au-delà
de belles promesses pour toi
pourquoi fais-tu ça ?
penses-tu en être au-delà ?
L'amour fait naître
la haine fait disparaître
C'est au nom de Dieu que tu détruis ?
Dis-moi, qu'as-tu construis ?
Et si tu deviens instruit
tu ne m'enlèveras pas la vie.
De la même manière
tu me laisseras ma terre
Jamais nous serons propriétaires
que nos pieds foulent cette terre
bien plutôt des locataires ( loka terre)
A quoi ça sert
ces cris de guerre
laisse-moi cultiver ma terre
et rejoins-moi mon Frère
qui ne sait plus que faire
et de ces cris de guerre
pourquoi en es-tu si fier ?
Maltraiter ma Mère
faire pleurer mon Père
Gaya Bhumi Terre Femme, mes Mères
Allah Bouddha Krsna Homme, mes Pères
Je continuerai à cultiver ma terre
comme mes ancêtres le faisaient, naguère
Et si tu veux être austère
ne l'impose pas à ton Frère
si c'est pour Lui plaire
j'en doute,  
de notre si belle Terre
n'en fait pas un désert
maltraiter la femme, pas nécessaire
Faire l'Amour et non la guerre...

Et vous tous politiques
laissez tomber toutes critiques
députés sénateurs et maires
sacrifiez une partie de votre salaire
au moins cela,
pour ceux qui sont dans la galère
A quoi ça sert ces cris de guerre
nous tous deviendrons poussière
c'est pas la peine d'en rajouter,
ça reste un mystère...

 

Création d'un verger

Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, Novembre 2015

L'arbre est un être sacré
incessante est sa prière
de son tronc vertical, adressée
à l'Univers, pour attirer
tous les bienfaits souhaités
à la vie sur notre Terre.

Partout où vous passez
planter un arbre fruitier
si ce n'est pour vous y installez
quelqu'un d'autre pourra en profiter.

Tout un choix de variétés
avec des plants greffés
ou d'un pépin ou noyau semé
pour de beaux fruits récoltés.

C'est pour le jardinier
un acte de générosité
celui qui l'aura planté
peut-être qu'au fruit
ne pourra y goûter.

Quel bonheur
d'un fruit à maturité
en passant le cueilleur
sous l'arbre fruitier.

Il me fournira de l'ombre
par forte chaleur
de belles branches
emplies de fleurs
des feuilles et des brindilles
pour mon labeur
et de beaux fruits
pour ma bonne humeur.

Surtout ne pas le maltraiter
il ne pourra protester
et dans son élan d'humilité
toujours arbre fruitier.

 

Le dimanche du paysan

Philippe Desbrosses, Juillet 2015
 

Au long des chemins creux
Qui sillonnent les champs
Dans le matin brumeux
Où vas-tu Paysan ?

L'aube naît à peine
A l'horizon sanglant
Que déjà dans la plaine
Tu marches Paysan !

Pourquoi ce dos courbé,
Pourquoi ce pas pesant,
Quel est ce condamné
Qui marche au châtiment ?

Quoi tu pars travailler
En cette heure matinale
As-tu donc oublié
l'arrêt dominical ?

Non ! c'est ton lot à toi
Sans ce monde dévorant,
Il te faut c'est la loi,
Continuer Paysan !

Peu t'importe les jours
Les années ou le temps,
Car sans cesse et toujours
Tu marches Paysan !

On rit de toi souvent
Dans les salons feutrés
et ton nom Paysan !
Sert d'insulte au valet.

Pourtant quelle noblesse
Chaque jour humblement
Tu mêles à ton adresse
Dans ta tâche, Paysan !
 

 

L'hiver  Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, Mars 2013

La nature est sa prisonnière
que faire et sieste temporaire
que fais-tu pendant l'hiver
n'y a-t-il rien à faire ?
(De tous les vices, dit-on,
l'oisiveté en est la mère
et de toutes les soumissions,
l'excès de travail en est le père) Albert Jacquard 1997...

Ce que me permet l'hiver
d'être l'enfant au juste milieu...

Sur le cycle des saisons
je me pose souvent ces questions :
- l'hiver, saison morte ou endormie
- tout s'arrête ou est au ralenti
- quand je meurs, je dors
- ou, si je m'endors, suis-je mort ???
Je marche au ralenti...

Aujourd'hui, je n'ai pas fini
c'est pourquoi je me suis endormi
demain, sera réalité de mes espoirs
que je chéris, maintenant, dans le noir...

Même si les jours sont plus courts
et que la saison soit si austère
j'ai tellement à faire pendant l'hiver...***( vous pouvez consulter ma liste )

Mais je peux prendre du temps
ou prendre mon temps,
autrement,
que je n'ai pas autant,
en passant,
par le printemps florissant
l'été, toujours dans les champs
et l'automne, tout en récoltant
Par contre,
je ne porte pas la montre
mais j'ai du temps...

 

J'ai espéré  Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, novembre 2013

"J'ai commencé sous la pluie
printemps pourri,
je termine sous la pluie
l'automne aussi,
entre les deux, s'est débattue la vie
et j'ai rencontré des amis, es...
 
Ne se ressemblent pas les saisons
au fil des années,
en premier sont plantés les oignons
cette fois-ci,
sous les flocons
sur une terre de plomb
et pas de soleil à l'horizon...
 
Le moral était dans les bottillons
les nerfs en ébullition
Fallait-il abandonner ou continuer
sous ces conditions ?
J'ai poursuivi,
solution,
que j'ai choisie...
 
Les paniers n'étaient pas comblés
ne pas me laisser tomber
ne pas me lâcher
aux principes d'AMAP acceptés
j'ai dû le rappeler...
 
Faut savoir s'adapter
je suppose,
La nature a su nous donner
après une pause,
c'est l'instinct de survie
que les plantes ont poussé,
par magie...
 
J'ai espéré qu'il arrête de pleuvoir
pour,
plus tard,
courir avec les arrosoirs,
en mai, je n'ai pas fait
ce qu'il m'ait plu,
il a trop plu.
Et en août,
j'ai prié,
et j'ai pu
arroser le tout...
 
Jamais connu aussi belle saison
fait d'aussi belles rencontres
voilà que l'hiver
pointe à l'horizon,
et par contre
je vais ralentir,
enfin."

 

La Ballade du Maraîcher Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète

"J'adore le crépuscule
 plus rien ne me bouscule
 le chant des oiseaux, mélodieux
 le coucher du soleil radieux.
 J'ai cueilli,
 mes premières bottes de radis
 et demain,
 des épinards en plein.
 
L'abeille sur le pissenlit
l'oiseau qui fait son nid
pourquoi rester dans mon lit
car dehors reprend la vie.
"

 

Le décalage horaire  Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète

" Décalage horaire :
c'est une heure en plus
pour une heure de moins,
ou,
c'est une heure en moins
pour une heure de plus,
C'est pas la galère ?
C'est pourquoi :
n'aie pas besoin de réveil
pour me réveiller,
ni d'ailleurs pour m'endormir,
plutôt le lever du soleil
pour m'éveiller
et de Ton souvenir...
"

 

La pluie  Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète

" Pluie pluie toujours de la pluie
  et j'ai fait plein de semis,
 depuis sont rangés tous mes outils
 mais, tous mes soucis
 par mon espoir, anéantis.
 il fera soleil...
 Ici, ces dualités de la vie
 par l'exemple de certains, assagis
 et que dans mon chemin, j'ai grandi
 me raisonner et les tolérer, j'ai appris...
 et ce sera l'éveil..."

 

Hymne au P17
A tous les stagiaires de la formation bio Ste-Marthe
A tous les formateurs
Benoit Sorel, Millançay, le 16 mai 2012

"En mars et avril
alors que les bas de laine se défilent,
l'agriculteur remercie le P17
qui lui permettra de remplir à nouveau son assiette.

Sous ce textile léger
- dix-septs grammes au mètre carré -
tout germe, tout grandit,
le soleil se fait plus fort
le vent se fait plus doux.

Mais il n'y a pas que le légume désiré
qui d'un tel abri puisse profiter.
Par milliers les adventices
en rangs serrés aussi grandissent

L'hiver se lasse, le ciel s'éclaircit.
L'espoir renaît, et le porte-monnaie semble déjà gonfler.
Hélàs soudain déferlent une fois encore
le froid et la pluie venus du grand nord !

Le P17, voile de l'amitié,
livre alors les plantules germés
aux champignons sans pitié !
Ils sont retournés à la terre
sans même attendre le prochain hiver.

L'agriculteur peste alors de tout son coeur
contre ce P17 à demi voleur,
qui l'an passé lui avait permis de faire pleine assiette
et maintenant lui fait prendre hypothèque !

Sacré bon dieu de P17 !"
 

L'esprit de convivialité  Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, Juillet 2012

" Esprit de convivialité
avec celui de solidarité
avons bien voulu essayer
principes d'AMAP acceptés...
Moins de variétés cultivées
polyculture devenue exigée
pour un esprit peu averti
en plus de ces a-prioris
pas facile de comprendre
à quoi il peut s'attendre...
Devenus un appoint à mon marché
 maintenant aux paniers,
je donne priorité
parfois facile parfois compliqué
mes efforts pas toujours appréciés...
Je sais; le client est " Roi "
j'accepte c'est pourquoi
de remplacer parfois
et pour moi,
il n'y a pas de quoi...
Pour tous c'est le même
aux différents goûts, quand même
comment toujours faire le même
y faire face, est-ce un problème...
La nature avec ses caprices
peut-être privés de ces délices
oui je fais plein de semis
mais pas toujours réussis
avoir un panier toujours varié
pour jamais en être dégoûtés...
Evidemment, tous ont leur gagne-pain
comment assurer nos lendemains
de travailler avec ses mains
et de satisfaire les Castelroussains...
je dois l'admettre, je suis humain. "
Bonne réunion et merci pour votre soutien
et je suis à l'écoute
vous le savez bien.

Joseph, maraîcher de l'AMAP Berry et poète, Juillet 2012

 

Bienvenue aussi à tous ceux qui aident par l’Art à réhabiliter cet ancien métier d’avenir.

Envoyez-nous vos textes et poèmes.